Y vivre / Information générale

Historique

Roberval est reconnue comme une ville dynamique où la population, séduite par la beauté du lac, a cultivé un souci pour la qualité de vie. Vivre à Roberval, c’est s’offrir un rythme de vie trépidant dans un environnement sain et sécuritaire.
Y vivre

Un peu sur notre riche histoire

Fondation
1859
Portant le nom du premier lieutenant général du Canada, Jean-François de La Rocque, sieur de Roberval (Carcassone 1500 - Paris 1561), la ville de Roberval fut fondée en 1859. Les fêtes du 150e anniversaire célébrées en 2005 ne commémoraient en fait que l'achat par Thomas Jamme du domaine de Jacob Duchesne qui comprenait une maison, de même qu’un moulin à farine et une scierie sur la rivière Ouiatchouanish. Avec Prime Thibeault et Célestin Boivin, Thomas Jamme est considéré comme le fondateur de Roberval. Le canton de Roberval, détaché en 1857 de celui de Ouiatchouan, ne devint une municipalité que deux ans plus tard en 1859. Celle-ci comptait alors 250 habitants.
Grand feu
1870
En mai 1870, un feu d’abattis s’embrase et dévaste l’ensemble de la région. Ayant pris naissance à Saint-Félicien, il atteint La Baie en quelques heures. Ce Grand Feu entraîne la perte de nombreuses habitations. Le moulin de Thomas Jamme, ayant été épargné, sera d’une grande utilité pour la reconstruction. Au cours des années suivantes, la croissance de la population fait en sorte que des municipalités se détachent de la grande agglomération de Roberval : Saint-Jérôme (Métabetchouan, Saint-Louis (Chambord) et Saint-Prime sont fondés.
Croissance
1888
La population grandissante en raison des nombreux chantiers de bûcherons de la région provoqua un certain boom économique, et en 1888, la ligne de chemin de fer Québec-Lac-St-Jean atteignit la municipalité. La construction de l'hôtel Roberval et l'action de B.-A. Scott, qui érigea un moulin à scie, participèrent aussi beaucoup à la prospérité de la région. Roberval continua ensuite son développement de manière assez rapide, étant la porte d'accès à de nombreuses ressources naturelles situées à proximité. Plusieurs institutions ( le sanatorium, l'hôpital Sainte-Élisabeth et le couvent entre autres ) firent leur apparition.
Base d'hydravions
1920
En 1920, Roberval est choisie par les gouvernements pour établir une base d’hydravions près du quai. C’est la premières du genre au Québec, La vocation aérienne de la municipalité se développe d’avantage, diminuant ainsi l’activité nautique.
Catastrophe
1926
En 1926, la ville subit les affres d'une montée des eaux suite à la mise en marche des barrages de la Duke Price. Plusieurs cultivateurs de l'endroit, qui vivaient sur les abords du lac, perdirent définitivement une partie de leurs terres. C'est ce que l'on a appelé la tragédie du lac Saint-Jean. En 1928, de fortes pluies causèrent des inondations qui isolèrent l'hôpital et brisèrent le chemin de fer. Les habitants de la paroisse de Saint-Méthode furent évacués.
Développement
1930
C’est en dépit de la crise économique des années 1930, que Roberval conserve son profil bourgeois, tout en consolidant sa vocation industrielle et commerciale. D’autant plus qu’elle demeure une ville de services.
Première Traversée du Lac-St-Jean
1955
Bien que la navigation commerciale ait perdu de l’importance, les bateaux de plaisance se multiplient et la Traversée internationale du lac Saint-Jean à la nage propulse de nouveau le nom de Roberval à titre de capitale mondiale de la nage en eau libre. Ce marathon, demeure encore aujourd’hui, le moteur de l’industrie touristique de la municipalité. La bonne réputation de Roberval lui vaut d’être choisie, en 2010, pour présenter les Championnats du monde de nage en eau libre de la FINA.
Situation actuelle
Jusqu'à aujourd'hui
Roberval | Fenêtre sur le lac, décline ses charmes en les accordant avec ceux du lac Saint-Jean. Municipalité de centralité prospère, Roberval multiplie les occasions de mettre en valeur son rapport unique avec ce lac qui la façonne. Elle sait qu’y ancrer son développement urbanistique, communautaire et économique reste fondamentalement une excellente façon d’innover et de se réinventer. Historiquement, Roberval est la première ville bâtie sur les rives de cette mer intérieure qui demeure, encore aujourd’hui, étroitement liée à sa croissance. Les exemples foisonnent : une marina au centre-ville, deux plages à peine plus loin, des salles de spectacle, un cinéma, de nombreux parcs riverains, une piste cyclable multipliant les kilomètres avec vue sur les flots et, l’hiver, un village entier grouillant de vie sur les eaux gelées. Les récentes traversées hivernales du lac en vélo et à la course, de beaux pendants à la célèbre Traversée internationale (à la nage, l’été !), témoignent d’ailleurs que l’engouement pour la ville n’est pas saisonnier. Population en 2020 : 9886 habitants.